Trucs et astuces

Manquez-vous de motivation ?

Pensez-vous qu’il faut être motivé pour réaliser un projet ou pratiquer une discipline comme la guitare ?

Si vous comptez uniquement sur votre motivation pour ce faire, vous êtes plutôt mal barré !
En effet, la motivation n’est pas quelque chose de constant dans le temps. Elle demande même un effort psychologique, et votre cerveau n’aime pas les efforts ou disons plutôt qu’il se dirigera vers le chemin le plus facile. Systématiquement.

Alors d’après vous à la fin de votre journée de travail, vous allez être motivé par votre entraînement à la guitare ? Ou par votre netflix and chill ?

Soyons honnête. Quand on est pas motivé, on procrastine, on culpabilise et la guitare fini par rester dans son étui 1 jour, 1 semaine, 1 mois…

Si ça vous est déjà arrivé, surtout restez bien jusqu’à la fin de cette vidéo car je vais vous montrer pourquoi compter sur votre motivation vous mènera toujours à l’échec et comment remplacer votre motivation par une détermination sans faille.

Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi la motivation n’est pas le moteur principal de la pratique de la guitare et pourquoi ça peut même être un obstacle à votre progression.
Ensuite je vais vous donner les clés pour vous affranchir de cette contrainte et comment les mettre en place facilement.

Trop s'appuyer sur la motivation

La plupart des gens pensent que la motivation est le principal facteur de la réussite à la guitare. Or, c’est un mythe car la motivation est inconstante, imprévisible et hors de tout contrôle conscient.
Un jour on est motivé puis un autre jour on ne l’est pas. Ainsi, nous ne sommes pas constant dans nos effort et la pratique devient totalement irrégulière voir carrément chaotique.
De ce fait, on ne progresse pas et on se décourage. En ajoutant à cela le fait de se comparer aux autres et c’est le risque d’abandon qui vous gette.

Vous n'êtes pas motivé ? Relax !

Bon, après avoir dressé ce sombre tableau, je vous rassure, nous sommes tous confrontés à ces difficultés car nous sommes tous humain. Nous avons pas toujours la même énergie tous les jours sans parler de la vie personnelle et professionnelle qui peut être contraingnante.
Et c’est pas grave. Surtout la dernière chose à faire, c’est de s’en vouloir parce qu’on a manqué une session de gratte.
C’est le meilleur moyen de s’auto-flageller et finalement plutôt que de tirer du plaisir à l’évocation de jouer de la guitare, en retirer carémment de la souffrance.
Donc relax, y’a pas de soucis. Pardonne-vous, c’est pas grave ! N’oubliez pas de rester bienveillant avec vous-même.

Trouvez vos "pourquoi" les plus puissants

Maintenant que ça, c’est dit, on peut parler performance.

Tout d’abord, je pense à mon humble avis qu’il faut arrêter les objectifs chiffrés. Oui je sais, dans mes début, j’ai fait des vidéos et des articles sur des objectifs chiffrés, de l’organisation chiadé…

Mais en fait, on perd le sens même de jouer de la musique quand on fait ça.
Et depuis, je l’ai appris. A partir du moment même où vous perdez le plaisir de jouer parce que trop de prises de tête sur l’organisation, la motivation, les progrès etc. Il faut tout stopper et revenir à la musique. Revenir à ce pourquoi vous jouez de la musique.

Donc, je vous pose les questions :

Pourquoi vous jouez de la guitare ? Et même plus spécifiquement, pourquoi pratiquez-vous la guitare ? Qu’est-ce que vous attendez de cette pratique ? Quel satisfaction vous attendez de cette pratique ? Quelles sont les valeurs personnelles que vous attachez à la pratique de la guitare ?

Identifiez votre ou vos « pourquois » les plus puissants. D’ailleurs, je serais curieux et ravi de le savoir si jamais vous voulez bien me le partager en commentaire. 😉

Ce pourquoi est important. Un pourquoi fort va faire de vous quelqu’un de persévérant. Et c’est le premier facteur de réussite à mon avis. Et il est également important de s’en rappeler en cas de découragement.

Rester constant dans sa pratique

Le deuxième facteur, c’est de rester constant dans votre pratique de manière bienveillante. C’est à dire sans se punir parce qu’on n’as pas atteint l’objectif donné, ou que vous n’avez pas pratiqué ce jour-là. On a le droit parfois de faire autre chose.
Mais rester constant va évidemment vous faire progresser et parfois, une petite flemme peut très vite se surmonter.

Quand vous sentez que vous n’avez pas très envie de jouer, prennez votre guitare quand même pendant 5 minutes. Juste 5 minutes.
Si c’était long et ennuyeux c’est que vous n’aviez pas réellement envie de jouer et c’est ok !
Mais il se peut que votre session se prolonge par inadvertance, que vous fassiez 10, 30 minutes, 1 heure, 2 heures de pratique… Bref. Voilà ma deuxième clé pour être le plus constant possible.
Prennez votre guitare quand même et jouez juste 5 minutes.
D’ailleurs, c’est quelque chose que l’on dit souvent dans le domaine du sport. Parfois en sport, nous ne sommes pas très motivé mais rien que le fait de mettre ses chaussures, préparer son sac et sortir, le reste roule tout seul.


Puis parfois, la séance est un calvaire et dans ce cas, il m’arrive de la raccourcir et de rentrer chez moi. Et c’est ok.
Parfois on est fatigué, le corps dit stop et il faut savoir respecter cela.

Alors, quels sont vos « pourquois » les plus puissants ? J’aimerais beaucoup que vous m’en donniez au moins 1 dans l’espace commentaire, ça pourrait peut-être inspirer d’autres personnes.
Dans la prochaîne vidéo, on verra une technique fingerstyle avec un petit riff en guise d’exercice. J’espère que ça vous plaiera.
En attendant, likez, partagez, commentez si vous voulez soutenir mon travail et que le finger-style soit avec vous !

Partager l'article
 
 
 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement le livre "Le Guide Du Fingerstyler Débutant"