9 astuces pour progresser rapidement

Bip-bip run

1. S’organiser

 

Tout d’abord pour progresser, il est primordial de passer du temps à jouer et travailler votre instrument. Pour cela, il faut s’organiser. En effet si vous ne prévoyez pas un temps consacré à la musique vous trouverez toujours autre chose de mieux à faire. Vous risqueriez de vous laisser happer par les distractions environnantes et de ne pas progresser d’un pouce.

 

2. Être régulier pour bien progresser

 

Se lancer est toujours l’étape la plus difficile à franchir. Pour vous faciliter la tâche, fixez vous l’objectif de petites sessions de 10 minutes par jour, vous serez surpris de voir que très souvent, vous jouerez bien plus longtemps et progresserez de surcroît plus vite.

Cependant, si le cœur ne vous en dit vraiment pas, ne vous forcez pas à aller plus loin que les 10 minutes ! Le jeu doit rester un plaisir avant tout.

 

3. Procéder par étapes

 

Procéder par étapes, c’est aussi ne pas les brûler. Paradoxalement, c’est une des clés pour vite progresser. Acquérir de solides bases vous permettra d’avancer sûrement et de manière efficace vers vos objectifs.

Mais en parlant d’objectifs, quels sont-ils au final ? Voici une autre étape. Connaître le cap est indispensable pour ne pas se perdre dans une multitude d’informations. Souhaitez-vous vivre pleinement votre passion, profiter d’un hobby ou devenir musicien professionnel ? Tout en sachant que cet objectif n’est pas figé dans le temps !

D’ailleurs pour atteindre l’objectif que vous vous serez fixé, il vous faudra déterminer combien de temps réel vous pourrez y consacrer et vous donner une échéance. Et pour être sûr d’être prêt dans le temps imparti, scindez votre objectif principal en petits objectifs mensuels, hebdomadaires ou même journaliers, plus faciles à atteindre.

(Par exemple, si vous voulez apprendre un morceau en 1 mois, donnez vous le “petit” objectif de travailler ses accords en 1 semaine. Puis le rythme sur une autre semaine, la structure sur une autre… Etc…)

Pensez à bien travailler régulièrement même pour de courtes sessions.

 

4. Savoir se placer entre difficulté et zone de confort

 

Pour progresser de la manière la plus efficace qui soit, vous devez trouver votre équilibre entre plaisir et travail.

Trop se confronter aux difficultés lors de vos sessions de jeu vous amènera irrémédiablement vers le découragement et votre guitare risque de prendre la poussière.

À l’inverse, jouer de la guitare sans sortir de votre zone de confort vous fera tourner en rond. La lassitude enverra votre guitare encore une fois dans le coin sombre et ténébreux qu’est le royaume de la poussière. “Il n’y a aucun mérite à maintenir la discipline dans des circonstances idéales.” Isaac Asimov

Lorsque vous travaillerez votre technique, vous mettrez vos compétences à l’épreuve tout en entretenant votre plaisir (c’est essentiel) et atteindre vos objectifs vous conférera le sentiment d’un travail bien fait et une satisfaction bienvenue.

 

5. Consolider vos bases

 

Pour progresser, il vous faut de solides bases. N’hésitez pas à revenir sur celles-ci régulièrement et à les retravailler. Aucun bâtiment ne tient debout sur de mauvaises fondations ! Les maîtres sont maître des bases avant tout. 😉

 

6. Travailler le rythme

 

Pas de progrès sans travailler le rythme.

J’aimerais y mettre un point d’honneur. En effet, beaucoup de personnes voulant commencer la guitare travaillent les accords et les mélodies. La main gauche commence à être maîtrisée tandis que la main droite est délaissée.

Pourtant, la main droite a une importance cruciale et que l’on soit débutant ou avancé, il y a toujours matière à travailler. Pour cela, rien de mieux que le métronome. J’ai d’ailleurs détaillé des exercices avec celui-ci pour en faciliter la compréhension et l’acquisition du rythme dans mon article : Comprendre le rythme (4 temps).

Pour les plus avancés, n’hésitez pas à me dire dans les commentaires si vous désirez des exercices plus complexes et pour les débutants, si vous rencontrez des difficultés.

 

7. Ecouter activement

 

Être musicien, c’est aussi écouter. Ecoutez ce que vous aimez.

Vous faire plaisir en écoutant beaucoup de musique pourra aussi vous aider dans votre progression.

À long terme, cela imprégnera votre jeu et vous ouvrira de nouvelles perspectives auxquelles vous n’auriez peut-être pas même pensé. Faites le donc dans votre voiture, sous la douche, pendant la cuisine, avant de vous coucher, dans les transports en commun bref… Partout où vous en aurez l’occasion.

Vous pouvez aussi écouter activement vos morceaux préférés. C’est à dire identifier ce qui vous fais réellement plaisir dans le morceau. Soyez attentif à la structure de ce morceau, à son déroulé. Quels en sont vos moments favoris ? Pourquoi vous plaisent-ils ? Peut-être une syncope rythmique ? Une succession d’accords dont vous pourriez vous servir dans votre jeu (sans plagier bien sûr 😉 ) ? Et si possible partagez-le avec un(e) ami(e). Cela fait aussi parti de l’écoute active. En plus la musique seul(e), c’est bien. Partagée, c’est mieux ! 🙂

En parlant de partage, parlons-en…

 

8. Partager avec les autres

 

Pourquoi partager ? En plus de créer de nouvelles relations humaines et possiblement professionnelles, rencontrer d’autres musiciens est le meilleur moyen de développer des approches de jeu différentes et fait souvent germer des idées créatives nouvelles. Ensuite si vous avez la chance de rencontrer des musiciens aguerris, ce seront pour vous de vraies sources de connaissances musicales. N’hésitez pas à vous en nourrir (des idées hein… Pas des musiciens 😉 ) !

Il faudra juste faire preuve d’ouverture d’esprit et accepter les critiques constructives.

Mais comment partager concrètement ? Rien de plus simple. Il existe une multitude d’évènements et de lieux comme les concerts, les café-concerts, associations, réseaux sociaux etc… Et bien sûr une activité non négligeable : la scène !

Il peut être difficile de sauter le pas, néanmoins lorsque vous vous sentirez capable de faire une représentation, même devant un public peu nombreux, faites le ! Derrière la peur, vous découvrirez ce merveilleux cadeau qu’est d’offrir votre musique à un public. Cela vaut le coup car c’est pour moi LE meilleur moyen de progresser en musique tout en se créant un réseau (si cela vous effraie, n’ayez crainte ! Je publierai très prochainement un article sur le sujet). De plus, vous serez fier d’avoir surmonté ce challenge. Question vitesse d’apprentissage, faire de la scène donne un grand coup d’accélérateur car vous aurez un “contrat” à remplir et une ou des échéances à respecter.

En plus de cela, vous développerez d’autres compétences telles que vaincre votre timidité, parler en public, faire de la logistique, travailler votre charisme, votre image et bien d’autres choses très utiles pour la vie de tous les jours. Sans compter que les concerts peuvent être un tremplin pour votre carrière musicale si tel est votre souhait.

 

9. Pour progresser, il faut être un bon sceptique

 

Ne croyez pas tout ce que l’on veut vous enseigner. Testez par vous même ! D’ailleurs ne me croyez pas ;).

Il faut être enseignable, accepter les connaissances musicales qui proviennent “d’autres”, sans pour autant y accorder tout votre crédit. En effet, vous entendrez tout et son contraire sur les techniques, la pédagogie, le son, le rythme et j’en passe. D’où l’importance de vous faire votre propre idée sur la chose. Cependant restez flexible sur vos acquis.

Aucune borne pour un esprit plus ouvert !

 

” L’apprentissage est la seule chose que l’esprit n’épuise jamais, ne craint jamais et ne regrette jamais. ” Léonard de Vinci

 

Nous voilà a la fin de cet article ! S’il vous a plu n’hésitez pas à liker, commenter et/ou partager. Merci et à bientôt !

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Author: Julien Menager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.