Les intervalles à la guitare

Intervalles-guitare

Pas d’intervalle, pas de musique !

Si il y a bien une chose qui peut vous faire grandement progresser dans votre pratique musicale, c’est la notion “d’intervalle“. Vous serez à même de comprendre comment sont construits les accords (majeur, mineur, septième etc.), les mélodies, les modes, les gammes tout en développant votre oreille musicale. Dans cet article, nous allons nous attaquer à un sujet un peu pointu, mais si vous êtes débutant ne vous en faites pas, ce n’est pas insurmontable :).

On se retourne un peu la cervelle ? C’est parti !

Mais d’abord, un peu d’histoire, pour s’échauffer ;).

Un peu d’histoire

Dans l’histoire du monde, il n’existe aucune civilisation qui ne se soit développée sans créer son propre système musical ou adapté à sa convenance un système préexistant.

Les intervalles de la musique occidentale tels que nous les connaissons aujourd’hui se sont construits pendant plusieurs siècles, entre le 14ème et le 16ème.

Cependant, il a été prouvé l’existence -grâce à des textes descriptifs- des principaux intervalles dès l’époque Babylonnienne soit 4 millénaires avant notre ère !

Les intervalles, qu’est-ce-que c’est quoi dis donc ?

C’est tout simplement la distance entre les hauteurs respectives de deux notes (sur la portée).

On dit qu’un intervalle est mélodique quand ces deux notes sont jouées successivement dans le temps et qu’il est harmonique lorsqu’elles sont jouées simultanément.

A noter également que les intervalles mélodiques peuvent être ascendants (du grave vers l’aigu) ou descendants (de l’aigu au grave).

On parle aussi “d’unisson” lorsque deux mêmes notes se superposent. Il n’y a donc pas d’intervalle dans ce cas de figure 🙂

Dans la grande famille des intervalles, nous trouvons :

  • La fondamentale (ou tonique)
  • La seconde
  • La tierce
  • La quarte
  • La quinte
  • La sixte
  • La septième
  • L’octave

 

C’est ce qu’on appelle les intervalles simples.

Les enregistrements ont été réalisés avec le Fa comme note fondamentale.

A quoi servent les intervalles à la guitare et en musique en général ?

Vous pourrez grâce à ces notions comprendre comment est construite la musique. Et oui, rien que ça ! Les intervalles, c’est la structure même de l’harmonie musicale.

Connaître la notion d’intervalle va aussi vous permettre de grandement développer votre oreille musicale relative. Alors vous allez me dire, qu’est ce que c’est que cette bête là, “l’oreille relative” ? Et bien, c’est cette faculté à reconnaître à l’oreille les accords, les mélodies, les modes, les gammes grâce à une note de référence. Imaginez alors toutes les possibilités qui s’ouvrent à vous ! Plutôt sympa comme outil non ?  😉

De plus, si vous jouez dans un groupe et que chanter ne vous rebute pas, vous serez capable d’ajouter votre belle voix à celle du chanteur et réaliser des chœurs en y ajoutant puissance et profondeur !

Connaître les intervalles à la guitare vous permettra également de comprendre la structure des gammes, des accords, des modes, de l’harmonisation etc, et vous permettra de mieux composer et d’arranger…

Bien sûr pour maîtriser tout cela à la perfection, il va falloir un peu d’entraînement. Entraînement, qui, je puis vous l’assurer en vaut la peine !

Reconnaître les intervalles en musique

A présent entrons dans le concret. Tout d’abord, apprenons à reconnaître un intervalle.

Dans la gamme de Do, la fondamentale, c’est très logiquement le Do ! Le Do correspond au premier degré de la gamme.

Ces degrés sont indiqués par les chiffres romains dans le schéma ci-dessous. Ce sont des points de repère pour les intervalles.

Donc si l’on compte 3 notes en comptant le Do, on tombe sur le Mi qui est sa tierce. 3 (3e degré) => Tierce.

En comptant 5 notes, on tombe sur le Sol qui est ?… Sa quinte ! 5 (5e degré) => Quinte.

En comptant 7, c’est sa septième etc…

Le Do suivant correspond à l’octave de cette gamme (octave au dessus). Ensuite on passe dans ce qu’on appelle “les intervalles redoublés” : la neuvième, la dixième, la onzième etc… A l’infini (en théorie car on utilise rarement la 356ème  😛 ). En revanche, si vous prenez l’octave comme Do de référence donc premier degré, il vous faut recommencer à compter à partir de ce Do (Do=1er degré, Mi=3e degré etc…).

 

 

Les degrés sont exprimés sur l’échelle diatonique. Si vous souhaitez en savoir plus sur le terme “échelle diatonique”, cliquez ici.

 

D’ailleurs si vous souhaitez entraîner votre oreille à reconnaître les intervalles, je vous conseille une application peu coûteuse ( 3.99 €) mais très utile : Complete Ear Trainer.

Mesurer les intervalles

La où les techniciens du bâtiment utilisent des outils de mesure tel que le mètre, nous, les musiciens, utilisons les tons et les demi-tons pour mesurer la distance entre les notes. Les demis-tons constituent la plus petite unité de mesure des intervalles en musique. D’ailleurs sur un manche de guitare, un demi-ton correspond à l’intervalle entre deux frettes.

Voici le schéma descriptif sur notre gamme de Do :

 

 

 

On peut mesurer la distance entre les deux Do en comptant le nombre de tons et 1/2 tons. Dans ce cas de figure, il y a cinq tons et deux 1/2 tons. Notez aussi que dans la musique, entre le Mi et le Fa et entre le Si et le Do, il n’y aura systématiquement qu’1/2 ton. C’est pourquoi il n’existe aucune touche noire entre ces notes sur un piano et que le Mi# (#=dièse), le Fab (b=bémol), le Si# et le Dob n’existent pas. Si vous voulez plus de détails sur cette curieuse règle harmonique, je vous invite à cliquer sur ce lien en vous précisant cependant que cela risque de vous retourner le cerveau ! En fait, le plus important, c’est d’apprendre cette règle par cœur.

Bref, revenons à notre gamme. Voici ce que donnent ces intervalles à la guitare :

Sur le manche de guitare, 1 case = 1/2 tons

 

 

Mesurer les intervalles, mais pour quoi faire ?

 

 

Connaître la nature des accords est indispensable. Notamment si vous souhaitez reprendre des morceaux. Si vous ne connaissez pas la nature de l’accord, le morceau risque de  sonner faux.

Un accord parfait -qui ne peut être QUE mineur ou majeur non renversé- est constitué de 3 notes. La fondamentale, la tierce et la quinte. C’est ce qu’on appelle une triade (3 notes).

L’introduction du Si dans l’accord crée un accord septième et comporte 4 notes. C’est ce qu’on appelle une tétrade (4 notes).

 

Majeur, Mineur, Augmenté, Diminué, Juste

 

Mais vous allez me dire, que veux dire “majeur” et “mineur” ? Et c’est là que nos tons et demis tons vont être très utiles !

Voilà un schéma qui devrait vous éclairer :

 

Représentation schématique de l’accord de Do majeur et Do mineur sur l’échelle chromatique. Le Do est la fondamentale. L’ensemble des petites barres verticales représente les 12 notes existantes en musique occidentale. En les jouant dans l’ordre ascendant (de gauche à droite sur le schéma), cela donne ce qu’on appelle une gamme chromatique ascendante.

Vous pouvez facilement voir grâce au schéma que l’accord majeur se compose de 3 notes : Le Do (fondamentale), le Mi (tierce) et le Sol (quinte). Il y a 4 demis-tons entre la fondamentale et la tierce.  La tierce est donc majeure.

L’accord mineur se compose également de 3 notes, moins un demi-ton (sur le Mi) ce qui donne Do+Mi♭+Sol. Il y a donc 3 demis-tons entre la fondamentale et la tierce. La tierce est donc mineure.

 

 

Cela est valable pour tous les accords en prenant en compte les degrés. Pour un accord de Ré Majeur par exemple, la fondamentale est le Ré, la tierce le Sol♭ et la quinte le La. Pour réaliser sa version mineure, comptez 3 demis-tons entre la fondamentale et la tierce. On obtient donc Ré+Fa+La.

Voyons les intervalles à la guitare :

Ré Majeur :

Ré mineur :

 

La tierce, c’est une chose, mais qu’en est-il des autres notes de la gamme ? Et bien c’est la même chose à 3 exceptions près. Seule la quarte, la quinte et l’octave ne peuvent pas être mineures et majeures. Elles pourront être “diminuées“, “augmentées” ou “justes“.

Pour ce qui est de la seconde, la tierce, la sixte et la septième, la même règle s’applique. La septième majeure (Si dans la gamme de Do) – 1/2 ton deviendra une septième mineure (Si♭). Une sixte mineure + 1/2 ton deviendra une sixte majeure… Etc.

Toutefois, ce qui caractérise un accord mineur et majeur, c’est leur tierce.

Une tierce mineure donnera un accord mineur.

Une tierce majeure donnera un accord majeur.

Cependant attention, un accord de Do mineur peut comporter une septième majeure. On l’écrira alors Cm(maj7). Mais la notation des accords, c’est une autre histoire qui fera l’objet d’un article dédié :).

 

Lorsque l’on diminue d’un demi-ton la tierce mineure, elle devient alors une tierce diminuée. En augmentant une tierce majeure d’un demi-ton, elle devient alors une tierce augmentée.

Par contre, en ce qui concerne les [k] (oCtave, Quinte, Quarte), elles ne peuvent pas être mineures ni majeures. Pour une quinte augmentée, il suffit juste de lui ajouter + 1/2 tons et pour une quinte diminuée, lui retirer – 1/2 tons.

A noter que le terme “Juste”, correspond à l’intervalle naturel, sans altération des octaves, des quartes et des quintes.

 

Tableau récapitulatif des altérations possibles des intervalles

 

Intervalles possibles avec la seconde, la tierce, la sixte et la septième.

 

Intervalles possibles avec les [k] (quarte, quinte, octave).

 

Les intervalles à la guitare

A la guitare, si l’on joue les cordes à vide, on obtient du grave à l’aigu Mi, La, Ré, Sol, Si, Mi.

Dans l’ordre, ce sont des intervalles de quarte sauf entre le Sol et le Si qui est un intervalle de tierce majeure.

Pour mieux comprendre voilà 2 schémas :

Schéma corde de La dans la gamme diatonique

 

Schéma de la corde de MI sur la gamme diatonique

 

En respectant les degrés diatoniques, à partir de votre note de départ (corde à vide), vous pourrez trouver toutes les autres notes sur le manche de votre guitare !

Faites bien attention a respecter les 1/2 tons naturels entre  le MI et le FA , et le SI et le DO.

Si vous n’êtes pas encore familiarisé avec la notation anglo-saxonne des notes, je vous invite à consulter mon article sur le sujet ici même.

 

Comment reconnaître les intervalles à la guitare ?

Afin de mieux comprendre les intervalles à la guitare, analysons un accord de base.

Schéma de base pour l'accord de Mi Majeur
Schéma de base pour l’accord de Mi Majeur

 

  1. Mon accord est constitué des notes suivantes : E, B et G#.
  2. La corde de Mi grave à vide constitue la fondamentale. Elle correspond à la couleur bleu sur le schéma.
  3. C’est un accord majeur -E- et pas -Em-. Or, la nature d’un accord est déterminée par sa tierce. Accord majeur = tierce majeure. Nous tombons donc sur le G# et non le G (4 demis-tons entre la fondamentale et la tierce). Comme la 4e corde à vide en partant du E(Mi) grave donne un G(Sol) à vide, il suffit d’ajouter +1 case. La tierce correspond à la couleur verte sur le schéma.½ ton = 1 case
  4. Pour trouver la quinte juste, je compte 5 degrés à partir de la fondamentale : je tombe sur le B(Si). Un B se trouve en case 2, corde de La (La+1 ton = Si) et sur la corde à vide de B (logique 🙂 ). Enfin, la corde de Mi aigu constitue la 2e octave du Mi. La quinte correspond à la couleur violette.

 

A vous de jouer !

 

Pour réellement progresser et reconnaître vos intervalles à la guitare, je vous invite à réaliser vraiment les exercices. Regarder quelqu’un pédaler sur un vélo ne fera pas de vous un cycliste ! 😉

Si vous ne connaissez pas les gammes, voici un outil qui pourra vous aider : (n’oubliez pas les cordes à vide indiquées tout à gauche du schéma).

 

Gamme diatonique
Ce schéma peut faire peur mais ne vous inquiétez pas, tout vas bien se passer…

 😈

Exercices

Am         Sol Majeur        D7

 

 

 

 

 

 

Où se trouve la fondamentale ? La tierce ? La quinte ?

Quels sont les notes qui constitue l’accord ?

Répondez-moi en commentaire. La première bonne réponse sera éditée dans l’article !  😛

 

En conclusion, mesurer les intervalles vous permettra de déterminer les écarts de notes et de comprendre comment sont construits vos accords de la manière la plus précise qui soit. Reconnaître les accords d’un morceau et créer les vôtres deviendra un jeu d’enfant ! Sans compter votre oreille qui s’en trouvera bien plus développée !

 

Partagez, likez ou commentez si l’article vous a aidé à mieux comprendre la musique.

A vos guitares et à très bientôt  !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Author: Julien Menager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.