Comment apprendre un morceau entier par cœur

Vous est-il arrivé de commencer un morceau tout feu tout flamme puis, au bout de quelques temps passés à l’apprendre, d’abandonner ? Peut-être vous dîtes-vous que c’est trop long à apprendre ou trop difficile ? Ou encore que vous n’avez pas le niveau ?

Dans cet article, je vais vous présenter mes méthodes pour apprendre vos morceaux de manière efficace et par cœur.

1. Choisir un morceau à votre niveau

Si vous êtes totalement débutant, il est fortement recommandé de commencer par apprendre les accords de base pour commencer à jouer un morceau.

Le mieux pour choisir votre morceau, c’est d’en prendre un qui est adapté à vos connaissances et qui vous plaît un minimum. Le plaisir de le jouer renforcera votre envie d’apprendre et votre motivation à aller jusqu’au bout sans vous décourager à la première difficulté. Mais comment déterminer si le morceau en question est adapté à notre niveau ?

Voici quelques critères à prendre en compte :

Quel est la structure du morceau ?

Identifier la forme dans le temps d’un morceau est un des facteurs qui déterminera le temps nécessaire à son apprentissage.

En effet, si c’est un morceau où plusieurs parties se répètent, vous y passerez moins de temps que pour un morceau qui change constamment d’accord, de mélodie, de rythme ou de tempo et qui sera bien évidement plus long et fastidieux à apprendre.

Bien que long ne veuille pas toujours dire difficile, le temps d’apprentissage joue beaucoup sur la motivation et la satisfaction. Il peut être un facteur déterminant dans la réussite ou l’échec de l’apprentissage du morceau. Mais gardez en tête que rien n’est plus satisfaisant que de voir tout cet entraînement aboutir à un morceau qui vous plaît.

Bien sûr, vous pouvez vous diriger vers un morceau à la structure complexe. Le travail et le temps fournit pour le jouer sera alors proportionnel à votre satisfaction. De plus, ces morceaux vous feront beaucoup progresser mais vous demanderont plus d’efforts. Un challenge intéressant non ?

Toutefois, je ne conseille pas de vous essayer sur un morceau à la forme complexe si vous êtes totalement débutant.

Y a-t-il des éléments que je connais déjà ?

Il convient d’identifier les éléments que vous avez déjà intégrés dans votre pratique.

Par exemple, avez-vous déjà joué (auparavant) certains des accords présents dans le morceau en question ? La rythmique ou l’arpège, vous est-elle familière ?

Petit conseil : Je vous invite systématiquement à rechercher les accords et la rythmique (ou arpège) d’un morceau à l’oreille dans un premier temps. Cette habitude vous fera travailler régulièrement votre oreille musicale et sera un grand atout pour la suite. (D’ailleurs, si trouver des musiques à l’oreille vous intéresse, dîtes le moi dans les commentaires).

Cependant, si vous n’y arrivez pas, ce n’est pas grave du tout puisque l’objectif final de cette pratique n’est pas nécessairement de tout reconnaître mais d’éduquer progressivement votre oreille musicale.

Attention toutefois à ne pas tomber dans le trop facile. Si vous connaissez déjà tous les éléments d’un morceau et que vous l’apprenez en moins de quinze minutes, c’est que vous devez trouver quelque chose qui vous challenge un peu plus :). Par exemple, au moment où j’écris ces lignes, je travaille un morceau depuis presque une semaine à raison de 2 à 3 heures par jour ! Pour du challenge, c’est du challenge ! Néanmoins, je reconnais que c’est un exemple un peu extrême et vous n’êtes pas obligé d’aller jusque là pour bien progresser.

Est-ce que le morceau me plaît ?

C’est évident, il convient toujours de se demander si le morceau vous plaît un minimum. Jouer quelque chose qui vous plaît va bien sûr renforcer votre plaisir de jouer, augmenter votre motivation et forger votre propre style de jeu.

De plus, l’être humain apprend beaucoup plus efficacement en s’amusant et en faisant quelque chose qu’il aime. N’hésitez donc pas à analyser les morceaux que vous aimez pour les soumettre aux “critères de sélection” précédemment cités.

Si vous avez appris des morceaux en fingerstyle, je vous invite à me dire lesquels et à indiquer votre niveau/5 dans les commentaires. J’ai comme projet de créer une base de données qui permettra aux gens d’apprendre des morceaux selon leurs niveaux.

2. Etre régulier et rigoureux

Une fois que vous avez choisi votre morceau, vous devez vous y tenir et travailler un peu dessus chaque jour. Cela peut-être quinze minutes comme trois heures si vous avez le temps et en avez envie.

Cependant, un sentiment de lassitude peut s’installer. Il peut être dû à l’apprentissage du même morceau sur une période trop longue ou à une fréquence excessive. Dans ce cas, travailler un deuxième voir un troisième morceau n’est pas un problème. Cela permet de varier un peu les plaisirs et d’apprendre à maîtriser son instrument dans d’autres “situations” musicales.

Néanmoins, ne travaillez pas plus de trois morceaux grand maximum en même temps. Vous auriez un risque de confusion accru entre les morceaux, et vous risqueriez de ne jamais en finir un seul. J’ai souvent pu observer des guitaristes qui connaissent les riffs principaux ou les introductions de nombreux morceaux  mais qui ne sont jamais arrivés au bout de leur apprentissage, et c’est bien dommage !

Un autre facteur qui vous empêche de continuer c’est la difficulté. Dans ce cas, posez vous la question suivante : suis-je sûr(e) à 100% de ne pas pouvoir jouer ce morceau ?

Si oui, alors peut-être devez-vous choisir un morceau plus simple pour commencer et revenir sur celui-là un peu plus tard. Si non, c’est que vous avez un petit poil qui vous pousse dans la main et que vous devez demander à votre vous-même (ou quelqu’un d’autre ça marche très bien aussi  😛 ) de le couper! Ou en clair, de vous mettre un bon coup de pied au derrière!

D’autres facteurs peuvent aussi ralentir votre progression comme le stress, la fatigue ou les émotions négatives. En somme, tout ce qui vous empêche de vous concentrer sur le présent, le fait que vous jouiez ici et maintenant. Dans ce cas-là, faites une pause, respirez un bon coup, prenez un thé vert ou un café puis reprenez ou attendez le lendemain pour vous y remettre si vous en ressentez le besoin.

3. Bien assimiler

Si vous avez choisi un morceau qui vous challenge, travaillez le lentement dans un premier temps. Il est aussi très intéressant de travailler ses morceaux au métronome. Il en existe directement en ligne via une simple recherche google. Celui que j’utilise, c’est celui de Pascal du site Instinct Guitare et voici le lien vers le métronome : https://www.metronome-en-ligne.com/simple/.

Le fait de travailler lentement votre morceau va améliorer votre précision et développer vos réflexes et votre mémoire musculaire sur le manche de guitare.

Travaillez votre morceau en blocs

Pour que votre apprentissage soit efficace, travaillez votre morceau en le divisant en plusieurs “blocs”. Maintenant que vous avez pris conscience de la structure du morceau (intro, couplet, refrain etc.), vous pouvez diviser le couplet en plusieurs sous-parties sur lesquelles vous allez vous focaliser. Une fois ces blocs appris, un par un,  travaillez bien les liaisons – les transitions– d’un bloc à l’autre.

Une fois que vous connaissez votre bloc, essayez de vous détacher de votre tablature. Vous verrez que petit à petit, vous apprendrez le morceau par cœur. En somme, prenez connaissance de ce qu’il faut jouer puis intégrez-le en le travaillant en boucle si nécessaire.

Où en êtes-vous dans votre morceau ?

Gardez en tête les quatre stades d’apprentissage (qui sont d’ailleurs valable dans tous les domaines de notre vie) qui conscientisent vos étapes de progression dans la maîtrise de votre instrument.

A savoir :

  1. Inconscient incompétent :
    Dans le premier stade, vous n’êtes pas conscient de l’élément à travailler. Vous devez alors apprendre les bases pour prendre conscience du chemin à parcourir.
  2. Conscient incompétent :
    Vient ensuite la conscientisation de la difficulté à surmonter ou de l’apprentissage en lui même. Vous êtes conscient que vous ne savez pas le faire et faites ce qu’il faut pour apprendre ;).
  3. Conscient compétent :
    Vous savez à présent que vous savez le faire et vous conscientisez vos actions. Avec de la concentration, vous jouez votre morceau sans problème.
  4. Inconscient compétent :
    A ce stade, vous jouez votre morceau sans réfléchir et sans faute tout en pensant qu’il faut acheter du dentifrice, des éponges et deux boites de raviolis. C’est devenu un réflexe et c’est à ce stade que vous pouvez prétendre à la réelle maîtrise du morceau.

Ces quatre stades de l’apprentissage sont tout autant valables sur un morceau que sur l’ensemble de la théorie et de la pratique musicale. En être conscient, c’est mieux déterminer à quel niveau on se situe. Par conséquent, il sera beaucoup plus simple de savoir vers quels exercices vous devez pencher, quels morceaux sont les plus adéquats pour progresser…Etc

Bien entendu, si vous avez un professeur, il vous accompagnera progressivement. Mais si vous changez de professeur un jour, être conscient de son niveau peut aussi aider à communiquer pour que l’enseignant puisse s’adapter à vous.

En outre, voici un article complémentaire et très intéressant sur comment déterminer son niveau de guitare sur le site https://www.superprof.fr/blog/determiner-ses-qualites-guitaristiques/ .

4. Partager

Apprendre des morceaux c’est bien mais partager c’est mieux ! Jouez vos morceaux à vos proches quand vous en avez l’occasion. C’est toujours encourageant et bon pour le moral de se voir récompensé pour un travail fastidieux. De plus, partager fait partie des valeurs indispensables à tout artiste. C’est vous récompenser tout en donnant aux autres. A condition bien sûr d’être au moins au 3e stade de l’apprentissage ;).

N’hésitez donc pas à jouer devant les autres. Ils vous remercieront. Et si vous voulez aller plus loin, vous pouvez vous fixer un objectif scénique. Je l’ai fait lorsque j’avais 10 ans pour trois morceaux à harmonica ! Vous pouvez le faire aussi 😉 .

 

Si cet article vous semble pertinent ou que dans le meilleur des cas il vous a aidé, n’hésitez pas à le partager. Merci de l’avoir lu et à bientôt dans un prochain article ! Ciao! Ciao!

Partager l'article
  •  
  •  
  •  

Author: Julien Menager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.